La La toile à millo
Passion du 7ème art Tout ce qui concerne le sujet: acteurs, réalisateurs, genres, festivals, affiches, jeux, jaquettes et stickers, échanges, liens, sites et adresses. Tous les films de 7 a 77 ans
FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion



 Bienvenue 
Bonjour Invité, nous te souhaitons de passer un bon moment sur notre toile.
Braquage a l'anglaise (The bank Job)

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet La toile à millo Index du Forum -> Les Films -> ...de fiction -> Policier
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 559
Localisation: limousin
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
Point(s): 558
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven 8 Mai - 10:45 (2009) Sujet du message: Braquage a l'anglaise (The bank Job) Répondre en citant

Braquage à l'anglaise
(The Bank Job)




Synopsis

Jusque-là, Terry s'était toujours contenté de vols de voitures et de petites magouilles, mais lorsque Martine lui propose de participer au braquage infaillible d'une prestigieuse banque londonienne, il y voit la chance de sa vie...
L'enjeu est une salle des coffres remplie de millions en liquide et en bijoux extraordinaires, mais Terry et son équipe ignorent que l'endroit renferme aussi quelques secrets que les plus puissants dignitaires du royaume ne veulent à aucun prix voir sortir...Voici l'incroyable histoire vraie d'un cambriolage à scandale où les voleurs sont certainement les plus innocents de l'affaire...

Fiche cinématographique


Acteurs: Jason Statham, Saffron Burrows, Stephen Campbell Moore

Réalisé par:
Roger Donaldson

Genre: Policier, Thriller

Durée: 1h 40min.

Pays: Film américain.

Année de production:
2008

Sortie en Salle: 06 Août 2008



Secrets du tournage

D'après un véritable cambriolage

Braquage à l'anglaise se base sur l'audacieux " cambriolage au talkie-walkie " dont avait été victime la banque Lloyds de Londres en septembre 1971. C'est à cette époque que des cambrioleurs ont percé un tunnel qui les a conduits dans les coffres d'une banque de Baker Street. Ils ont emporté argent et bijoux pour plusieurs millions de livres sterling. Rien n'a jamais été retrouvé. Personne n'a été arrêté. L'affaire a fait les gros titres pendant quelques jours, puis les médias n'en ont plus parlé car ils avaient reçu du gouvernement une "D-Notice", une demande exceptionnelle de ne rien publier sur un sujet pouvant compromettre la sécurité de l'Etat...

God save le butin...

Avant les producteurs de Braquage à l'anglaise, personne n'avait jamais réussi à rencontrer les personnes i00004000mpliquées dans cette affaire. La moitié de ces gens avaient reçu de nouvelles identités et disparu, et les autres étaient morts. Après avoir retrouvé certaines de ces personnes, le producteur Steven Chasman et son équipe ont pu discuter avec elles et utiliser leurs témoignages pour donner plus d'authenticité au film. Plusieurs de ces cambrioleurs sont même venus visiter le plateau. "L'un d'entre eux a travaillé comme consultant sur le film, explique Steven Chasman, mais cela lui a rappelé tellement de souvenirs qu'il a préféré se retirer du projet. Cela nous a posé quelques problèmes, mais nous avons fini par le convaincre de revenir."

Un Australien à Londres

C'est le producteur Charles Roven qui a envoyé le scénario de Braquage à l'anglaise au réalisateur australien Roger Donaldson. "Il avait déjà produit un de mes films en 1990, Cadillac Man, raconte le cinéaste. J'ai tout de suite été attiré par le fait que c'était une histoire vraie pleine de détails intéressants sur le cambriolage de cette banque. Et puis cela me donnait la possibilité de tourner en Angleterre pour la première fois depuis Le Bounty en 1984. Mon père est né dans ce pays, j'ai un passeport anglais et mon fils vit à Londres, cela ne me posait donc aucun problème."

Tournage londonien

Comme Melbourne ressemble beaucoup aux villes européennes, le producteur Steven Chasman a pensé pendant un moment tourner le film en Australie. "Cela coûte beaucoup plus cher de tourner en Angleterre, raconte-t-il, mais c'est un sacrifice que nous avons fait pour donner au film davantage d'authenticité. La qualité des acteurs et des techniciens anglais était aussi un paramètre important. Comme le cambriolage s'est déroulé à Londres, nous avons naturellement choisi d'y tourner le film."Le chef décorateur Gavin Bocquet commente : "Pour ce film, nous avions besoin de 60 à 70 lieux de tournage hors studios à Londres. Comme nous ne disposions pas d'un gros budget, ils devaient ne pas avoir trop changé depuis les années 70 pour être utilisables. Cela a été très difficile de les trouver."En dix semaines de tournage (de janvier à mars 2007), les cinéastes ont posé leurs caméras dans un grand nombre d'endroits allant des luxueux appartements de Bayswater aux ateliers de l'East End, des pubs miteux aux clubs les plus huppés, et des bureaux décorés de boiseries somptueuses de la Cour Royale de Justice au chantier naval historique de Chatham. Plusieurs scènes ont aussi été filmées dans le métro de Londres dans la station fermée d'Aldwych. Les cinéastes ont aussi tourné pendant deux jours sur le quai numéro un de la très fréquentée gare de Paddington avec une locomotive et des wagons de 1971.

Tourné en haute définition

Braquage à l'anglaise a été tourné avec les dernières caméras numériques haute-définition. Roger Donaldson note : "C'est mon premier film en haute définition. C'est une technologie difficile à maîtriser, mais elle vous permet de voir immédiatement ce que vous avez filmé comme avec un appareil photo numérique, ce qui est un très grand avantage."Le chef décorateur Gavin Bocquet observe : "La haute-définition étant utilisée depuis maintenant une dizaine d'années, j'avais déjà fait deux ou trois films avec ce procédé. Pour nous, cela ne change pas grand-chose, il faut juste faire plus attention aux finitions des décors en arrière-plan parce que la profondeur de champ est plus grande et l'image beaucoup plus nette. Cela nous oblige à veiller aux plans moyens et aux plans éloignés."

Moins d'action pour Jason Statham

Pour Jason Statham, il était agréable de jouer un personnage qui ne soit pas un héros de film d'action. "Il y avait moins de cascades, explique-t-il, au lieu de dégainer des flingues, je dégainais des pintes de bière, c'était sympa ! Le film est plus un thriller qu'un gros film d'action, je ne passe pas mon temps à faire des trucs dingues accroché à un hélicoptère, mais il y a quand même quelques scènes assez animées. Quand je retrousse mes manches, c'est toujours pour de bonnes raisons, il n'y a pas de violence gratuite. Même les scènes d'action à la fin du film sont justifiées par la mort d'un de nos amis et la nécessité de nous sortir d'une situation dangereuse."

Titre de travail : "Baker Street"

Braquage à l'anglaise avait pour titre initial Baker Street.



Mon avis

Un chef d'oeuvre!
Vraiment un film à voir.
Superbe scénario et des acteurs irréprochables.
En plus, c'est un film tellement anglais...
Si tous les films étaient de la même veine, le niveau cinématographique serait tellement plus haut.
A voir et à revoir.
C'est un film vraiment jouissif!!



Avis de la presse

Le Parisien


Une intrigue bien ficelée (...) avec des personnages charismatiques et une interprétation excitante (...) Un pur plaisir à l'anglaise.

Brazil


Le ton du film est enjoué et le découpage est très efficace et nerveux (...) Braquage à l'Anglaise ne souffre d'aucun défaut (...) un excellent moment de cinéma.

Paris Match


Grâce à un scénario mi-authentique, mi spéculatif, de l'humour, une touche de romantisme et la fine fleur des comédiens britanniques, il signe un divertissement dans la tradition des grands films de casse à l'ancienne.

aVoir-aLire.com


Une excellente histoire de malfrats, parfaitement intrigante et dissipée, qui distille humour, suspense, violence, virilité et sensualité avec un talent implacable.

La Croix


Un suspense efficace, rythmé, même si une certaine complaisance ne le destine pas à tous les publics.

Libération


Honnête divertissement saisonnier qui a la lucidité de ne jamais se prendre pour plus important qu'il n'est (...) Agréable contrepied aux intrigues high tech, [le film] soigne sa patine seventies.

Le Monde


Il faudra se passer du grain de folie, du sens de l'absurde qui aurait si bien relevé cette assiette cinématographique anglaise.

Le Journal du Dimanche


Thriller fort bien ficelé, captivant et défendu par tout un gang d'acteurs épatants (...) L'histoire (...) [est] gratinée en détails invraisemblables. Rien de grave, on est là (...) pour s'amuser.

Première


Jason Statham trouve enfin un rôle qui le valorise. Le meilleur film de braquage depuis Ocean's Eleven.





 

_________________
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Mai - 10:45 (2009) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet La toile à millo Index du Forum -> Les Films -> ...de fiction -> Policier Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Xtreme Skin Designed by Xtreme Web Developers visit website
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com