La La toile à millo
Passion du 7ème art Tout ce qui concerne le sujet: acteurs, réalisateurs, genres, festivals, affiches, jeux, jaquettes et stickers, échanges, liens, sites et adresses. Tous les films de 7 a 77 ans
FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion



 Bienvenue 
Bonjour Invité, nous te souhaitons de passer un bon moment sur notre toile.
Le parrain, 2ème partie

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet La toile à millo Index du Forum -> Les Films -> ...de fiction -> Policier
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 559
Localisation: limousin
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
Point(s): 558
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 17:12 (2009) Sujet du message: Le parrain, 2ème partie Répondre en citant

Le parrain, 2ème partie



Synopsis

Depuis la mort de Don Vito Corleone, son fils Michael règne sur la famille.
Amené à négocier avec la mafia juive, il perd alors le soutien d'un de ses lieutenants, Frankie Pentageli.
Echappant de justesse à un attentat, Michael tente de retrouver le coupable, soupçonnant Hyman Roth, le chef de la mafia juive.
Vito Corleone, immigrant italien, arrive à New York au début du siècle ; très vite, il devient un des caïds du quartier, utilisant la violence comme moyen de régler toutes les affaires.
Seul au départ, il bâtit peu à peu un véritable empire, origine de la fortune de la famille des Corleone.

Fiche cinématographique


Acteurs: Al Pacino, Robert De Niro, Diane Keaton

Réalisé par: Francis Ford Coppola

Genre: Policier, Drame

Durée: 3h 20min.

Pays: Film américain.

Année de production: 1975

Sortie en Salle: 27 Août 1975



Secrets du tournage

Un tournage long

Le tournage du film a été long et s'est fini en Italie, pour toute la partie de la jeunesse de Vito Corleone, donc de celle de Robert De Niro. Le comédien, dont le grand-père est italien, a étudié la langue, qu'il ne connaissait que par bribes, grâce à un voyage en Sicile avant les premiers coups de manivelle. C'est sur ce tournage qu'il fit connaissance de Bernardo Bertolucci, avec qui il tournera 1900 (1976).

Le choix de Robert de Niro

Coppola a choisi Robert De Niro pour le rôle de Vito Corleone jeune, alors que le comédien avait été pressenti pour jouer Michael, rôle finalement tenu par Al Pacino. En fait, De Niro remplace Marlon Brando, que Coppola voulait, en le maquillant pour lui donner un air jeune, comme il l'avait maquillé pour lui donner l'air âgé dans le premier film. Le problème est que Brando avait une clause dans son contrat où il refusait quelque suite que ce soit.

Couronné par six oscars

De Niro, pour sa performance, reçut l'oscar du meilleur second rôle, malgré sa prestation en italien ; pour rappel, seuls Sophia Loren, Roberto Benigni et Benicio Del Toro ont reçu également un oscar alors que leurs rôles n'étaient pas en anglais.En plus de l'oscar pour De Niro, le film reçut ceux de meilleurs film, mise en scène, adaptation, décors et musique.

Michael Corleone vu par Pacino

"Je voulais que les gens aiment Michael, l'aiment dans le sens où je voulais qu'ils le voient, le comprennent, lui et son dilemme, sans leur demander de s'identifier à lui. C'est ce que je recherchais. C'est très difficile à faire et je pense que j'y suis parvenu. J'en suis très fier." (in Al Pacino, a life on the wire, p.111, de Andrew Yule, ed. McDonald et c°, Londres, 1991).

Les nominations

Le film a été nommé aux oscars pour les meilleurs rôle masculin (Al Pacino), second rôle masculin (Michael V. Gazzo, Lee Strasberg), second rôle féminin (Talia Shire) et costumes. Vainqueur dans les catégories d'acteur (Al Pacino), de second rôle masculin (Robert De Niro), décors, réalisateur (Francis Ford Coppola), musique (Carmine Coppola, Nino Rota), film (Francis Ford Coppola, Gray Frederickson, Fred Roos) et scénario (Francis Ford Coppola et Mario Puzo).

Deux fois et demi plus cher que "Le Parrain"

C'est grâce au succès du premier opus que Coppola put mettre en chantier Le Parrain deuxième partie. Le budget passe à 15 millions de dollars, soit deux fois et demi plus que pour le premier.

Le deuxième volet de la trilogie

Le film fait suite au Le Parrain premier du nom et sera suivi par un troisième opus.Un remontage a été effectué par Francis Ford Coppola lui-même pour la télévision, regroupant les deux films avec quelques scènes en plus, dans les années 1980 ; il en fit de même après avoir réalisé Le Parrain, en 1992.

Clin d'oeil à Corman

On peut voir une apparition de Roger Corman, le producteur et réalisateur, dans le rôle d'un sénateur, forme d'hommage de Francis F. Coppola à celui qui a produit son premier film, Dementia 13.

Robert De Niro et la mafia

Interprète d'Al Capone dans Les Incorruptibles, Robert De Niro poursuit son chemin au coeur du syndicat du crime. Il a ainsi incarné l'apprenti mafieux "Johnny Boy" Civello dans Mean streets (1973), le Parrain Vito Corleone dans sa jeunesse dans Le Parrain, 2e partie (1974), le gangster juif "Noodles" Aaronson dans Il etait une fois en Amerique (1984), l'inoubliable Jimmy Conway des Affranchis (1990), sans oublier le mafieux-rigolo et déprimé Paul Vitti, dans Mafia blues (1999) et Mafia blues 2 - la rechute (2002).

Collaboration Al Pacino / John Cazale

Grands amis à la ville, Al Pacino et John Cazale se donnèrent à trois reprises la réplique à l'écran. Frères dans les deux premiers volets du Parrain, ils braquent ensemble une banque dans Un après-midi de chien en 1975.



Mon avis

On côtoie des sommets rarement atteints.
Ce second opus est tout à fait digne de son prédécesseur.
Il est sans doute même, d'avantage séduisant.
En effet, Mike Corleone s'affirme, Al Pacino est plus grandiose que jamais.
Certaines scènes n'ont pas froids aux yeux, et sont semblables à des coups de fouet pour nous, spectateurs.
Se mêle à cette intrigue toujours aussi fabuleuse, le passé de feu Don Corleone. Robert De Niro y est magistrale.
La partie II est prenante, magique, ahurissante même.
Incontournable en somme.
A ne pas manquer !



Avis de la presse

aVoir-aLire.com


Coppola transforme alors son film de gangsters en une tragédie bouleversante, donnant une épaisseur supplémentaire à une oeuvre pourtant déjà très forte.

Le Journal du Dimanche


On y retrouve les ingrédients qui font les mythes : un patriarche, une grande famille, la quête du pouvoir, des rivalités fraticides, des intrigues de cour, des trahisons, des meurtres, du sang et de l'amour.

Le Nouvel Observateur


(...) nous avons raison de ne pas nous lasser de revoir [les] films [de Coppola].





 

_________________
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Mar - 17:12 (2009) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet La toile à millo Index du Forum -> Les Films -> ...de fiction -> Policier Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Xtreme Skin Designed by Xtreme Web Developers visit website
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com