La La toile à millo
Passion du 7ème art Tout ce qui concerne le sujet: acteurs, réalisateurs, genres, festivals, affiches, jeux, jaquettes et stickers, échanges, liens, sites et adresses. Tous les films de 7 a 77 ans
FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion



 Bienvenue 
Bonjour Invité, nous te souhaitons de passer un bon moment sur notre toile.
Le parrain

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet La toile à millo Index du Forum -> Les Films -> ...de fiction -> Policier
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 559
Localisation: limousin
Masculin Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
Point(s): 558
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 17:00 (2009) Sujet du message: Le parrain Répondre en citant

Le parrain




Synopsis

En 1945, à New York, les Corleone sont une des cinq familles de la mafia.
Don Vito Corleone, "parrain" de cette famille, marie sa fille à un bookmaker. Sollozzo, " parrain " de la famille Tattaglia, propose à Don Vito une association dans le trafic de drogue, mais celui-ci refuse.
Sonny, un de ses fils, y est quant à lui favorable.
Afin de traiter avec Sonny, Sollozzo tente de faire tuer Don Vito, mais celui-ci en réchappe.
Michael, le frère cadet de Sonny, recherche alors les commanditaires de l'attentat et tue Sollozzo et le chef de la police, en représailles.
Michael part alors en Sicile, où il épouse Apollonia, mais celle-ci est assassinée à sa place.
De retour à New York, Michael épouse Kay Adams et se prépare à devenir le successeur de son père...

Fiche cinématographique

Acteurs: Marlon Brando, Al Pacino, James Caan

Réalisé par: Francis Ford Coppola

Genre: Policier, Drame

Durée: 2h 55min.

Pays: Film américain.

Année de production: 1972

Sortie en Salle: 15 Mars 1972



Secrets du tournage

Le Parrain vu par Coppola

"J'ai toujours pensé Le Parrain comme l'histoire d'un roi et de ses trois fils. Le plus âgé a reçu la passion et l'agressivité, le deuxième, sa douceur et ses gestes enfantins ; et le troisième, sa ruse et son calme.""C'était dans mon intention de faire un film authentique sur des gangsters italiens, sur comment ils vivaient, comment ils se comportaient, la façon dont ils traitaient leurs familles, célébraient leurs rituels."

Le début de la saga

Le Parrain sera suivi de deux suites, en 1974 (Le Parrain, 2ème partie) et 1990 (Le Parrain, 3e partie).

Un projet délicat

Le roman de Mario Puzo, Le Parrain, était déjà en 1970 un best-seller. La mise en chantier du film a entraîné de nombreuses protestations, par la ligue italo-américaine des droits civils et par de nombreuses personnalités politiques ; tentatives d'intimidation et menaces de bombes sont devenues alors courantes. Des négociations ont alors été engagées avec les protagonistes et un terrain d'entente a été trouvé. Le projet a d'abord été proposé à Sergio Leone, qui l'a refusé, afin d'écrire lui-même son propre film de gangsters, qui verra le jour sous le nom d'Il etait une fois en Amerique (1984) ; d'autres cinéastes ont été pressentis, comme Arthur Penn, Peter Yates ou Costa-Gavras. Francis Ford Coppola et Puzo, les scénaristes, ont décidé dès le départ de ne pas employer les mots de " mafia " et " cosa nostra " dans le film.

Le casting

Le producteur Albert S. Ruddy et Francis Ford Coppola ont décidé d'orienter leur casting vers des acteurs au look " authentique ", tels que James Caan ou Talia Shire. Ruddy et Coppola ont par contre tenu à imposer Marlon Brando dans le rôle de Don Vito Corleone, après avoir envisagé Laurence Olivier, et malgré les réticences de la Paramount : en fait, pour la première fois, l'acteur a accepté de faire des essais, grimé comme pour son rôle dans le film, notamment avec du coton dans les joues, afin de paraître " comme un Bulldog ", selon ses propres dires.Le choix du personnage de Michael Corleone a été plus difficile : de nombreuses stars ont été envisagées, telles que Warren Beatty, Jack Nicholson, Dustin Hoffman, Robert Redford ou encore Ryan O'Neal avant que le rôle ne revienne à Al Pacino, acteur de théâtre jusqu'alors inconnu.

Sortie en salles et DVD

Le Parrain a été le premier film à dépasser la barre des 100 millions de dollars au box-office américain, totalisant 133 millions $, devenant ainsi un des rares films à plaire simultanément au public et à la critique.En 1997, pour les 25 ans du film, une ressortie a été programmée dans une vingtaine de salles mais beaucoup se sont plaints du fait que Paramount n'aie pas apporté de soins de restauration à la pellicule.En 2001 sort une édition spéciale en dvd de la trilogie, particulièrement soignée par le réalisateur, qui comprend 5 disques, dont un de bonus, mais surtout deux pour Le Parrain, 2ème partie, Coppola ayant tenu à ce que ses films soient présentés avec des qualités techniques irréprochables.

Preminger, parrain d'un jour

Le cinéaste Otto Preminger révèle dans ses mémoires qu'il avait été pressenti pour réaliser Le Parrain. Il avait alors songé pour le casting à Frank Sinatra, qu'il avaut déjà fait tourner dans L'Homme au bras d'or en 1955 (un rôle qu'il avait failli confier à... Brando). Preminger raconte : Le Parrain... "Vingt ans après [[b]L'Homme au bras d'or[/b]], La Paramount me demanda de réaliser The Godfather. Je pensai alors à Sinatra pour ce rôle et lui fis parvenir le livre. Je proposai même de supprimer le personnage du chanteur que l'on aurait pu croire écrit pour lui. Mais Sinatra ne voulait pas faire le film. Et je n'avais pas envie de le faire sans lui. Ce fut donc le casting à rebours de L'Homme au bras d'or. Cette fois, Brando prenait le rôle..."

Nominations et Oscars

Nommé pour les Oscars : meilleur second rôle (James Caan, Robert Duvall, Al Pacino) ; costumes, réalisateur (Francis Ford Coppola), montage, musique et son. Vainqueur dans la catégorie acteur (Marlon Brando), film, scénario (Francis Ford Coppola et Mario Puzo).Nommé pour les Golden Globes : acteur (Al Pacino), second rôle (James Caan). Vainqueur dans les catégories de meilleur réalisateur (Francis Ford Coppola), film dramatique, acteur (Marlon Brando), musique (Nino Rota) et scénario (Francis Ford Coppola, Mario Puzo).

Avec l'aide de Robert Towne

Le cinéaste et son scénariste se sont faits aider, pour la scène du patio entre Michael et Vito, par Robert Towne, non crédité au générique, et à qui l'on doit notamment les scénarios de Chinatown (1974) ou encore Mission: impossible (1996).

Le bébé du cinéma

Sofia Coppola, la fille du réalisateur Francis Ford Coppola, fait ses "premiers pas" à l'écran alors qu'elle n'est qu'un bébé. Elle incarne dans Le Parrain le neveu de Michael Corleone dans la scène du baptême.

Collaboration Al Pacino / John Cazale

Grands amis à la ville, Al Pacino et John Cazale se donnèrent à trois reprises la réplique à l'écran. Frères dans les deux premiers volets du Parrain, ils braquent ensemble une banque dans Un après-midi de chien en 1975.



Mon avis

Sept ans avant un "Apocalypse Now" dévastateur, Francis F. Coppola signait son sixième et sans doute meilleur film avec "Le Parrain", l'épopée superbe d'une famille de mafieux siciliens expatriés à New-York.
La réalisation de Coppola est d'une simplicité magnifique et le cinéaste nous gratifie de scènes mythiques comme le passage de Michael en Sicile ou bien le malaise de Vito dans le jardin.
Le deuxième avantage revient à l'extraordinaire musique de Nino Rota (Le thème du "Parrain" est aujourd'hui légendaire). Marlon Brando y glane son meilleur rôle (avec celui du Colonel Kurtz dans...Apocalypse Now !), pouvant passer de l'homme d'affaire on ne peut plus sérieux au grand-père aimant et aimé, et se consacrant ainsi définitivement comme le meilleur acteur de tous les temps.



Avis de la presse


aVoir-aLire.com


La grande force du metteur en scène est d'avoir réussi à rendre sympathique des êtres finalement ignobles, afin de mieux nous faire ressentir la tragédie qui finit forcément par les toucher.

Le Journal du Dimanche


On y retrouve les ingrédients qui font les mythes : un patriarche, une grande famille, la quête du pouvoir, des rivalités fratricides, des intrigues de cour, des trahisons, des meurtres, du sang et de l'amour.

Le Nouvel Observateur


(...) nous avons raison de ne pas nous lasser de revoir [les] films [de Coppola].






 

_________________
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Mar - 17:00 (2009) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet La toile à millo Index du Forum -> Les Films -> ...de fiction -> Policier Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Xtreme Skin Designed by Xtreme Web Developers visit website
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com